Les mamans qui font comme ci ou comme ça ne se posent pas de questions, elles font.
Avec leurs connaissances, leurs habitudes, leurs bons plans, leurs galères. Leur réseau.

 

En fait je pense que la plupart des gens ne se posent pas de questions.

 

Je crois que les changements, plus que de la curiosité ou de recherches, viennent avant tout des rencontres, de conversations que l’on aura surprises, …d’échanges auxquels oui, c’est vrai, on avait envie de participer. Viennent alors les associations, les lectures, et aujourd’hui souvent, les inscriptions à des groupes de discussion..

Je pense aussi qu’il est légitime et logique de ne pas s’intéresser d’emblée à ce que l’on ne fait pas, puisque souvent même on ne sait pas ce qu’il y a «d’autre ».

 

Si notre façon de faire nous convient, si nous aimons ce que nous mangeons, si les produits que l’on achète pour faire le ménage ou se laver nous plaisent et sont efficaces, si l’on adore la viande et que les plats préparés nous facilitent la vie, pourquoi changer…et changer pour quoi ?

 

 

Pour moi, je ne sais plus comment cela a commencé

Une intuition, une façon d’être, une partie de mon éducation aussi, bien sûr…

J’ai coutume de dire que j’ai d’abord « fait du maternage » sans le savoir avec mon premier-né : je l’allaitais, je le portais, j’essayais (bien maladroitement) d’accompagner son sommeil..

 

De fil en aiguille, et surtout avec ma cadette, j’ai rencontré des personnes pratiquant le maternage aussi (c’est là que j’ai découvert ce mot), beaucoup sont devenues des amies, .. Parmi elles, des mamans allaitant « encore » leur enfant à 3 ans (et de très nombreuses autres mamans allaitantes – je participe régulièrement à des rencontres allaitement-), Un jour en crèche (parentale !) un couple m’a dit qu’ils étaient végétariens, d’autres qu’ils utilisaient des couches lavables pour leur bébé. Une amie présentée par une amie m’a expliqué qu’elle ne se fournissait qu’au magasin bio.. Une responsable d’association alternative m’a parlé de l’acquisition de matériel Montessori.

J’ai découvert la pédagogie Steiner. L’instruction en famille. Le quinoa, le tofu.

Tout ça (et plus encore) fait partie de mon quotidien désormais et je trouve ma vie « normale » car j’ai intégré ces idées, je les ai mises en pratique, je les ai adoptées.

Mais à y regarder de plus près, c’est loin de paraître normal pour les autres, ceux qui font « comme tout le monde ».
Mais pourquoi ?