Tout d’abord posons le décor…. Je ne me souviens plus exactement quand ça a commencé ni comment mais un jour j’ai pris LE virage… j’ai basculé… du côté naturel de la force. Je crois que ça a doucement commencé par l’allaitement de ma petite première…. mais peu importe.

J’ai commencé par l’alimentation. J’ai fait maison tout ce qui pouvait l’être. Du pain, aux gâteaux pour le goûter,  jusqu’à la bûche de Noël ou au Bavarois pour l’anniversaire de l’homme… et à chaque fois le même constat. Les ingrédients ne sont pas nombreux, pas chers, et ce n’est pas aussi difficile que ça en a l’air. Mais surtout : je SAIS ce que je mange et j’aime ça !

Devenue adepte du homemade je me suis ensuite lancée dans le choix d’aliments de qualité. Me voici convertie au bio, équitable encore mieux. Les produits bio me sont aussi bien utiles parce que soyons clairs… je n’ai pas le temps de faire tout maison tous les jours, je suis maman de deux enfants, je travaille… et je n’ai pas de cape ! Mais faire maison dès que possible reste toujours un plaisir et un incontournable pour les petit pots du deuxième par exemple.

J’ai ensuite limité (éliminé parfois) certains aliments apportant des toxines, le lait, le sucre, la viande… et je commence à avoir le gluten dans le pif… Chut mon mari ne sait rien encore… J’y ai cherché des alternatives.

Puis je me suis attaquée aux modes de cuisson et de conservation de mes aliments. Bonjour casseroles en inox 18/10 et récipients en verre (plus de vilain téflon ni de plastique). Et oh surprise ! En plus je peux cuisiner sans matières grasses avec ces poêles ! J’aime ce genre d’effet kiss cool.

Il  m’arrive encore parfois de manger fastfood, industriel… Et je finis toujours, et de plus en plus, par regretter mes écarts, parce que mon corps me fait savoir que,  lui, se porte bien mieux sans. Il a gouté au bon, au mieux, au sain… alors la malbouffe il n’en veut plus le bougre. Je m’attache donc à le respecter !

Suite logique… les cosmétiques. Beh oui manger sain c’est cool… mais si c’est pour se tartiner de pétrole… peut mieux faire.

J’ai donc privilégié les produits bios. Je me suis déconditionnée tout doucement. Là encore il m’est arrivé de  rechuter et je me suis enivrée sous la douche de parfums indéfinissables, de silicone qui glisse et de tensioactifs qui mouuuuuuussent, bref…je me suis shootée aux parabens.

Mais j’ai persévéré. Jusqu’à ne plus supporter l’odeur chimique de ces produits, la sensation de résidu huilé sur mes cheveux du silicone, les compositions faisant la part belle aux produits irritants, voire dangereux.

J’y étais, de l’autre côté de la force. Mes placards de salle de bain étaient désintoxiqués… Je commençais alors à regarder du côté des produits ménagers, et je m’y suis attaquée.

Vous pensez que c’est fini ?

Pour tout vous dire je me rends compte que ce n’est JAMAIS vraiment fini. Parfois j’ai l’impression de mener trop de batailles en même temps. De m’éparpiller. Parfois je me dis que je suis vraiment, vraiment fatigante (oui je m’épuise toute seule). Et parfois, c’est mon mari qui me le dit ^^.

Mais… Quand je vois que je peux, moi, toute seule comme une grande, faire un pied de nez personnel à toutes ces grandes industries alimentaires, cosmétiques et autres en ne leur ouvrant pas la porte de mes placards. Quand j’arrive, par ma consommation, à être complètement en phase avec mes principes. Quand je constate que ma santé et celle de ma famille est améliorée… Alors je suis de nouveau sur internet à fouiller, à chercher, à tester… à avancer… à me libérer.

Parce qu’en plus de satisfaire des besoins tout à fait égoïstes de contrôle de ce que je consomme je fais un geste pour l’environnement, pour les animaux, pour la planète, pour l’avenir.

Vous vous dites que ce n’est pas moi qui vais changer le monde hein ? C’est vrai.

Mais nous ?

Alors tous les jours j’applique le principe du colibri plutôt que celui de l’autruche. Je partage avec qui veut bien. J’échange, je découvre, toujours plus.

J’écrirai çà et là des articles qui ressemblent à mon quotidien. Des articles qui passent de la casserole à mon premier henné (ne ratez pas celui-là il y a de quoi rire^^). Des articles non exhaustifs probablement, non scientifiques certainement, mais avec toutes les données qui m’ont donné à chaque fois le courage de faire un pas de plus. Avec mes premières fois ratées, mes tâtonnements, mes déceptions, mes réussites, mes avancées, mes acquis.

Parce que le changement est global, multiple, enivrant, gratifiant.