Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin (proverbe africain)

C’est un principe communément admis, s’entourer des bonnes personnes est un critère déterminant.

En tant qu’entrepreneur, le réseau est important (d’ailleurs, le réseau est important dans la vie en général mais ce n’est pas le sujet)

Qu’est ce qu’un bon réseau ?

Le réseau est l’ensemble des personnes qui nous entourent. Grâce aux réseaux sociaux, il est désormais possible d’avoir des « amis » dans le monde entier. C’est à la portée de tout le monde, un simple clic permet d’entrer en contact, d’ouvrir l’accès à des partages d’informations plus personnelles, de partager (un peu) la vie des personnes.
Par contre, et c’est là une erreur classique, on assiste à une course au nombre d’amis. Si ton facebook ne compte pas plusieurs milliers d’amis, c’est un peu comme avoir 100 « j’aime » sur ta page pro…. So 2016 !

Et pourtant, avoir des milliers d’amis sur facebook, c’est comme être riche au monopoly, ça ne sert à rien.
L’influence de façade peut même perdre toute crédibilité par la qualité médiocre des contacts.
Je fais allusion aux faux comptes et spammeurs qui dès qu’une proie a le malheur d’accepter leur invitation se répandent par viralité. Je ne livrerai pas tous mes secrets mais sachez qu’il existe un faisceau d’indices permettant d’éviter les fakes ou « gros relou » (j’ai pas trouvé d’autres mots).
Je passe aussi sur les messages à caractère sexuels, xénophobes ou autres, personnellement je n’y ai jamais été confrontée et pourvu que ça dure. En revanche, on me contacte souvent pour me demander conseil sur la manière de se constituer un bon réseau. Je ne suis pas sûre qu’il existe une ou plusieurs techniques car c’est l’authenticité qui prime, mais je vais vous faire part de ma petite expérience.

Comment se constituer un réseau de qualité ?

Il y a encore quelque mois, j’étais totalement inconnue sauf auprès de ma centaine d’ami(e)s sur facebook, connaissances anciennes de collège, lycée, jobs ou soirées mémorables.
Beaucoup savaient que j’avais un projet de création d’entreprise donc quand j’ai créé, ce fut une victoire.  On a ouvert le champagne et tel un alpiniste arrivé au sommet de la montagne, j’ignorais que le plus difficile était la descente (merci Olivier Roland pour cette analogie) On n’est plus porté par l’élan de l’entourage, par l’adrénaline du « je vais créer ma boite » non, on devient entrepreneur et on doit faire tourner une boite. Alors bien sûr, on le savait donc on retrousse ses manches et on se jette dans le travail.

C’est à ce moment là que tes anciens amis commencent parfois à t’oublier parce que tu ne réagis pas à leur problème de RTT ou d’augmentation salariale qui tarde à venir. Et si par chance, tu es convié à une soirée, tu te dis que tu n’as pas le temps, trop débordé par la pression financière qui te guette sournoisement.

Alors tu peux faire le choix (parce que oui, tout est toujours une question de choix) d’intégrer des réseaux.
Selon tes valeurs, tes convictions ou tes passions
Et là clairement, du choix tu n’en manques pas :

  • Des réseaux pour les femmes,
  • des réseaux pour les femmes qui habitent à Paris,
  • des réseaux pour les femmes qui habitent à Paris et qui aiment le vin… (ça marche aussi pour les hommes)

Les combinaisons sont multiples. Les tarifs aussi. Je n’ai aucun conseil à donner, je dirais d’essayer et de trouver celui qui nous correspond. Se faire plaisir avant tout.
Bien sûr ils sont cumulables mais tous ont le même intérêt : sortir de son isolement
(l’isolement de l’entrepreneur, ça te parle !? et bien non tu n’es pas seul(e))

Etre dans un réseau c’est bien, participer c’est mieux

Réseau, réseau, réseau, on n’entend que ce mot là mais  il y a aussi les formations, les séminaires, les talk, les conférences.
En webmarketing, confiance en soi, vendre de manière éthique, là aussi tu as le choix.
[A ce propos, je me permets d’évoquer la NeuroBusiness School qui ouvre ses portes le 01/12/2016 et les places partent vite)

Bien évidemment, pour celles qui t’intéressent le plus,  le tarif peut refroidir.
Dans ta tête, la balance coût/bénéfice t’incite à privilégier plutôt un bouquin pour approfondir un point (et même avec un peu de chance tu trouveras un tuto gratuit sur youtube)

Erreur, malheureux ! Sauf si tu veux creuser encore plus ton isolement

Car c’est  sans compter sur l’aspect relationnel, les rencontres qui peuvent en ressortir (oui parce qu’en principe, une bonne formation, tu n’es pas tout seul à la suivre) A mon sens, il ne faut pas à tout prix y chercher des clients ou un intérêt mais privilégier la découverte des autres. Et de ces rencontres peuvent naître de beaux partenariats.

Clairement, intégrer des groupes de formation a littéralement changé ma vie
D’abord il y a eu des MOOC, des cours gratuits en ligne, ouverts à tous. Il faut juste un peu de motivation pour les suivre (et une connexion internet of course). Ces derniers m’ont apportés des connaissances exceptionnelles mais surtout de belles rencontres. Parce que derrière chaque écran, il y a un humain et que chaque humain apprécie de pouvoir rencontrer des personnes sur la même longueur d’onde, sur les mêmes projets et avec la même détermination (crois moi qu’à ce moment là, tu ne parles plus de problème de RTT ou d’augmentation salariale difficile, de toute façon, en tant que jeune entrepreneur, le salaire, tu ne sais plus toujours ce que c’est)

Et puis, le meilleur investissement étant sur soi même, certaines dépenses deviennent utiles, pour des formations plus coûteuses, des événements plus loin (en plus tu tamponnes ton passeport et tu as l’impression de voyager, double effet kiss cool). Le bénéfice est encore plus grand.
Je ne fais pas de généralité  mais pour ma part, chaque événement m’a apporté énormément.
Des rencontres de personnes exceptionnelles, des passionnés, des personnalités inspirantes au parcours de vie à mille lieux du mien et c’est probablement cette richesse qui apporte beaucoup.
Comme l’impression de se découvrir un peu soi même à travers les autres.
De ces rencontres naissent parfois de belles et vraies relations d’amitiés et de nouvelles rencontre (je ne parlerai pas de loi d’attraction toussa toussa, ça peut faire peur aux gens, d’ailleurs j’avoue, avant de l’expérimenter j’en avais moi-même un peu peur)

Revenons en au sujet
Participer à des événements permet non seulement d’apprendre des choses (à la base, c’est quand même pour ça que tu t’inscris) mais surtout de voir l’envers du décor, rencontrer les intervenants, s’apercevoir que ce sont des gens normaux, parfois même bien plus sympas que leur image.
Et bien sûr il y a toujours des rencontres et des partenariats potentiels,  car rencontrer implique un échange et signifie également se présenter, du coup,  on n’est pas à l’abri de recevoir de très belles propositions.
Mais comme partout, il y a des codes et des erreurs à éviter

Les hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts
(Newton)

créer des ponts et des relations, réseau pro

L’erreur à ne pas faire quand on réseaute

La première erreur est de croire que parce qu’on participe à un événement et qu’on « récolte » plusieurs cartes de visite il va se passer quelque chose. Au mieux ton portefeuille déborde (mais on ne parle pas de billets, ce serait trop beau), au pire tu te retrouves avec une boite (type boite à chaussure) pleine de petites cartes colorées, ce qui avouons le est totalement inutile. Mais ça tu l’apprends sur le tas.

Une autre erreur est de venir aux événements pour y trouver des clients.  Bien sûr des relations commerciales vont se créer mais quand on est à l’affût du client, on se place en position de demandeur. Alors qu’en offrant, on obtient bien plus.
Ne pas hésiter à envisager un partenariat ou même faire le lien entre plusieurs connaissances pour les recommander mutuellement. Les gens ont souvent peur de partager leurs connaissances ou craignent la concurrence.
Mais avec l’individualité de chacun, il y a de la place pour tout le monde.
J’en viens ainsi à la plus grosse erreur qui est de s’arrêter à l’événement.
Organiser le déplacement, échanger efficacement (= ne pas simplement récolter des cartes de visites) mais repartir directement après. Tsss
Alors que c’est à cet instant précis que tout commence.
Ce n’est pas une histoire de masques qui tombent mais c’est à partir de ce moment que les gens se révèlent vraiment.
Et osent peut être plus de choses.

Un repas, un verre et une soirée improvisée qui n’en finit pas, à refaire le monde, partager un moment en musique, en chanson, chacun étant libre d’apporter son talent et sa personnalité.
Pour reprendre Olivier Roland, « tout se passe au bar » et le meilleur conseil est de « fermer le bar » parce qu’après minuit, on ne parle pas des mêmes choses qu’à 17h après une conférence, et souvent de manière beaucoup plus authentique.

Se créer des souvenirs, reproduire finalement ce qu’on fait avec des vrais amis.
C’est le premier pas vers des relations solides

Ceux qui me connaissent savent que j’ai pour habitude de beaucoup filmer pendant les événements mais je diffuse peu. Néanmoins, je tenais à partager cet instant car c’est une belle reprise, totalement improvisée, de «Johnny, tu n’es pas un ange » d’Edith Piaf, par Sylvain Carufel et Malou Moulis, entourés d’entrepreneurs passionnés.
Parce qu’on ne voit souvent que la partie visible de l’iceberg (le site/le blog/son audience) mais que derrière il y a toujours un humain  chaleureux et talentueux

Avec la participation d’entrepreneurs talentueux dont voici les univers :

Entrepreneure, blogueuse, rêveuse et idéaliste.
Et maman poule (tendance écolo) de 2 enfants.
Fondatrice de Miel Citron