Ne nous voilons pas la face, nous pouvons avoir des rêves, parfois bien plus grands que nous mais nous ne pouvons pas tout faire. Il en est ainsi. Si tu es comme moi, tu as probablement une idée à la seconde, des projets qui t’animent et te font vibrer. Nous pouvons chercher à accélérer, courir dans tous les sens, c’est génial, des rencontres, des nouveaux projets, un effet waouw. C’est stimulant mais pas slow.
Certains pensent qu’il est naïf de parler de rêve, car le rêve c’est lorsqu’on dort. Je préfère le terme de vision. Parce que la vision c’est avoir les yeux ouverts. Grand, très grand. Et constater ce qui fonctionne, ce qui manque, ce dont les gens ont besoin. C’est en partant de ce postulat que j’ai créé Miel Citron. Miel Citron c’est quoi? c’est un projet, un nom commercial, quelque chose de naïf, de simple, avec cette idée de faire du bien. Mais derrière il y a une entreprise, une vraie. AYNIL DISTRIB, un nom très froid pour une structure qui s’intègre dans un système. Avec une nécessaire recherche de rentabilité économique.
Ce nom n’est pas connu et ce n’est pas le but. Aujourd’hui Miel Citron est répertorié comme une Start up (sur MyFrenchStartUp ou TipTopStartUp par exemple) mais je préfère le terme de “slow up”. Pourquoi ? Parce que nous incarnons le slow

Avec Miel Citron, des personnes diffusent les principes de slow parentalité, slow cosmétique, slow fashion, slow food. Ces personnes ont une activité indépendante (nous proposons une activité avec le statut vdi, si tu veux postuler c’est par là). Nous leur offrons un cadre totalement libre, dans lequel elles peuvent se former, exercer une activité rémunératrice (nous ne sommes pas des Bisounours vivant d’amour et d’eau fraiche) et surtout s’épanouir. Parce que c’est important. Des humains épanouis créent de la valeur. Pour permettre cela, nous avons un centre de formation qui propose des formations et qui utilise la technique des 3B (j’en parle ici)

Mais si j’écris cet article aujourd’hui, c’est pour d’autres raisons.
J’ai créé cette entreprise seule, en 2016. L’entreprenariat en France est plutôt valorisé et parfois même glorifié. Mais il y a la réalité. Lorsqu’une femme, maman, se met à parler de vente à domicile, de puériculture, de parentalité avec en plus cette candeur liée aux termes miel citron, cela ne fait rêver personne.
Je parle des investisseurs, des banquiers, bien que j’adore le mien qui me soutient depuis le début, big up au Crédit Agricole, l’imagination dans le bon sens (mais ça c’était leur slogan d’avant).
Du sens, de l’imagination, ce sont mes piliers depuis le début. Il a fallu en donner et en avoir pour continuer pendant toutes ces années à développer ce projet. Ne pas compter les heures de solitude, de doutes, le jour, la nuit, se lever le matin avec le même entrain, fédérer des gens. Certains étaient investis et pourtant se sont démotivés. Il faut surfer sur les difficultés, ça monte ça descend, waouw c’est impressionnant et il faut tenir la barre. Je ne parlerais pas de développement personnel, certains voient cela comme du bullshit, mais c’est peut être ce qui aide les entrepreneurs à tenir. A continuer et à inspirer.

De l’inspiration, il m’en a fallu. Observer les leviers qui pouvaient être activés, prendre le temps de déterminer les points importants, les étapes à franchir, les barrières à faire tomber. Une à une. C’est slow.

Puiser au fond de moi les valeurs qui étaient importantes, apprendre à communiquer afin de diffuser le bon message, aux bonnes personnes. Pas simple, surtout lorsque tu as écopé d’un “déficit de l’inhibition latente”. Tu ne sais pas ce que cela signifie? ce livre en parle très bien (et si tu me laisses un commentaire me demandant d’en parler davantage, je le ferai)
(Et puis même si ce sujet ne t’intéresse pas, tu peux me laisser un petit commentaire, ça fait toujours plaisir)

Mais tu vois, même dans la rédaction de cet article, je m’égare (rires)

Le slow, ralentir pour atteindre son but

Alors oui, j’ai dû ralentir, focaliser mon attention sur ce qui était essentiel. J’ai créé Le Mag’, en prolongement de Miel Citron. Non pas pour vendre nos produits (nos clients comprennent très bien ce que nous proposons) mais pour diffuser de l’information à l’attention de nos clients mais surtout de nos futurs. Le Mag’ est un blog inspirant (enfin c’était l’objectif).
Je l’ai voulu comme un espace ouvert, collaboratif où chacun pouvait s’exprimer. J’ai monté une équipe, nous avons créé du contenu (beaucoup), nous voulions diffuser d’autres sources (encore plus).
Mais comme un enfant à qui l’on permet tout, cela ne fonctionne pas et produit l’effet inverse. Plutôt que de grandir en s’épanouissant, les problèmes peuvent arriver. Je suis totalement convaincue par la philosophie de Maria Montessori. Cette idée de poser un cadre dans lequel l’enfant peut apprendre et s’épanouir.
Elle était quand même vachement dans le slow Maria Montessori, une visionnaire (oui j’ai le regret de t’informer que même si tu viens juste de découvrir Maria Montessori, cette grande dame est décédée en 1952… pour découvrir son oeuvre, je t’invite à commencer par le livre L’enfant)

L’enfant n’est pas un vase que l’on remplit mais une source que l’on laisse jaillir.

Maria Montessori

Ce mug est en vente chez Miel Citron
mais ne cherchez pas de boutique en ligne,
tout se passe dans nos boutiques nomades, entre personnes

Alors oui, ce projet de magazine digital Le Mag’ me tenait à coeur. Les conséquences ont été énormes. Rien qu’avec le projet “Souviens toi“. Des personnes ont libéré leur parole sur l’enfance ou l’adolescence qu’ils avaient pu vivre. Parfois des choses atroces, parfois des choses belles. C’est un projet humain qui parle d’amour, de bienveillance, de maladresse et surtout de résilience. Parce que nous pouvons toujours changer les choses. Mais c’est un projet chronophage que j’ai dû sacrifier pour ne pas plomber les autres projets et notamment la fameuse entreprise qui doit générer de la valeur pour continuer d’exister.

Alors j’ai dû slower (ouais j’invente des mots). Revenir aux choses essentielles. Moins de projets, moins de choses, moins de gens. Moins, moins, moins, pour faire mieux.

Pour reparler de l’entreprise, nous avons perdu une partie du réseau, nous avons parfois réduit notre offre de produit, ralenti notre communication, j’ai moi même travaillé moins (et donc pris plus de temps pour moi, ma famille) et j’ai même complètement mis en stand by le mag’. Parce que c’est ce qu’il fallait faire. Ralentir, ne pas s’épuiser, prendre le temps de vérifier que nous partions dans le bon sens.
Ce qui nous a permis finalement de recruter à un rythme bien plus soutenu (et de retrouver en quelques mois, le même volume), de générer une croissance à trois chiffres et de faire avancer davantage de projets. Parce que nous avons porté notre attention sur les choses essentielles. La structure, la formation, l’automatisation et surtout l’épanouissement. Nous avons voulu ralentir et finalement nous avons accéléré. Paradoxal le slow !

Se concentrer pour aller plus loin

Quand je parle de porter son attention sur les choses essentielles, je veux parler de ce qui fonctionne. Rien ne sert de réinventer la roue. Chez Miel Citron, nous avons d’ailleurs créer un canal de distribution pour des marques en utilisant un schéma qui fonctionne depuis des années. Qui ne connait pas les fameuses réunions des boites en plastique? Le marketing relationnel. Mettre en contact des gens, provoquer la rencontre entre une valeur et un individu, entre un produit et un utilisateur. S’entourer, fédérer.
Cette vision bisounours et cette démarche vieillotte de la vente à domicile, qui se retrouvent d’ailleurs dans le nom Miel Citron comme une recette de grand-mère, n’empêchent pas d’utiliser les outils actuels. Ne pas craindre les nouvelles technologies, l’intelligence artificielle, le digital. Ce fameux digital qui a bouleversé nos vies, en accélérant toujours plus la transmission de l’information, en disruptant l’économie, en créant de nouveaux modes de vie (coucou les infopreneurs et travailleurs nomades).
Parce qu’il est possible d’utiliser le digital au service de l’humain et non pas à la place. Finalement, revenir à l’essentiel, c’est slow !

Alors pourquoi cet article ? Pour expliquer (un peu) ma vision et surtout pour passer une annonce. Nous recrutons.
Mais le slow c’est aussi faire autrement. Chez Miel Citron, nous abordons justement l’idée d’être parent autrement, de consommer autrement. Je viens justement de parler du slow business et du slow management.
J’ai déjà recruté de manière classique. Une annonce, un projet, des tâches, un résultat. Point. Certains résultats ont permis cette croissance mais ont manqué de sens.
J’ai essayé des schémas classiques. Sans entrer dans les débats de générations X, Y, Z, les stagiaires qui te plantent car ils ne sont pas investis, les free-lances qui bradent leurs compétences et ne sont pas investis, les salariés qui recherchent d’abord la sécurité avant même de comprendre la mission. Alors stop ! Nous parlons de ralentir et se focaliser sur l’essentiel.

Aujourd’hui, je suis entourée de plusieurs collaborateurs (car oui nous avons des hommes), le réseau d’indépendant(e)s sans qui Miel Citron n’existe pas. Chacun est à sa place et il en a encore plein de disponible

On dirait que je présente la météo, n’est ce pas ?

Si tu veux nous rejoindre, clique ici 

Aujourd’hui, j’ai envie et besoin de m’entourer de davantage de personnes. Différents profils, de la compétence technique à la compétence commerciale. Parce que nous sommes quand même une fucking start up qui pratique le slow.

Alors oui cet article est une offre d’emploi, atypique comme nous. Mais pour prendre le temps de trouver les compétences clés et les profils adaptés, en expliquant le pourquoi du comment. Slowly !

Le poste que nous proposons actuellement se trouve ici : annonce offre d’emploi Miel Citron (Edit 26/10/2017: l’offre n’est plus disponible)

La semaine dernière, une personne m’a dit « en fait, vous n’avez rien inventé. Vous avez simplement réuni le meilleur de ce qui existait déjà. Un peu comme un iPhone »
Certainement le plus beau des compliments. Moins mais mieux.

Et pour en apprendre davantage sur nous, il y a aussi la section on parle de nous

Tu peux aussi nous aider en partageant cet article. Qui sait, c’est peut être grâce à toi que nous recruterons nos futures pépites.