Marion, correspondante Miel Citron dans le Puy de Dôme (63) et Charlène, correspondante Miel Citron dans la Sarthe (72), vous proposent aujourd’hui un petit zoom sur la motricité libre. De quoi s’agit-il ? Pourquoi la mettre en œuvre ? Quel intérêt pour l’enfant ? Petit tour d’horizon d’un concept qui fait de plus en plus d’adeptes dans l’hexagone…

De quoi s’agit-il ?

La motricité libre consiste à laisser l’enfant libre de ses mouvements afin de lui permettre d’explorer son environnement, de découvrir son corps ainsi que ses capacités à se déplacer sans lui enseigner comment faire, et ceci en toute sécurité. C’est une approche respectueuse du RYTHME de l’enfant.

D’où ça vient ?

La motricité libre est un concept qui date des années 60 mais qui est assez récent en France.

Pour la petite histoire, le concept de motricité libre (ou spontanée) a été inventé par le Dr Emmi Pikler dans les années 1960, plus connue pour être à l’origine de la pédagogie Loczy (ou le maternage insolite)

Dans la pouponnière qu’elle dirige à Budapest, l’Institut Pikler, elle laisse les enfants évoluer librement. Et elle découvre que non seulement le développement moteur s’acquiert naturellement et dans un ordre bien précis, mais aussi que cette liberté apporte aux enfants un sentiment d’accomplissement et de sécurité.

Concrètement, pourquoi opter pour la motricité libre ?

Au cours de ses premiers mois, le nourrisson a besoin d’être entouré physiquement afin de construire une sécurité affective. Lorsque celle-ci est acquise, il va pouvoir partir à l’aventure. Et il est alors crucial qu’il soit totalement libre de ses mouvements. Il ne faut donc pas hésiter à le laisser bouger, explorer l’espace, toucher, manipuler, attraper, relâcher, goûter… Cependant, il faut veiller à lui offrir un environnement sécuritaire, enlever de sa portée les objets dangereux ou fragiles par exemple.

Vous le verrez alors progresser à son rythme, sans que l’on ait besoin de faire les choses à sa place. Votre enfant va ainsi acquérir plus de confiance en lui puisqu’il ne fera que ce dont il se sentira capable : il trace lui-même son propre chemin. Il va mettre en œuvre toute sa sensorialité, tout en étant en parfaite sécurité.

Les raisons essentielles de pratiquer la motricité libre sont donc de permettre à l’enfant d’avoir des expériences motrices, un développement physiologique naturel, une acquisition de la confiance en soi, un développement de l’autonomie.

Un enfant qui apprendra de lui-même, qui fera ses propres expérimentations, ses découvertes se développera plus naturellement que si on lui met tout à disposition, en l’incitant à se développer sans vraiment respecter son rythme, ou encore en l’obligeant à se mettre dans des postures inadéquates.

Pourquoi respecter le rythme de l’enfant ?

Lorsqu’un bébé a 6 mois, dans la tête de beaucoup de personnes à cet âge-là, l’enfant doit forcément se tenir assis … hum hummm. Par conséquent les parents, grands -parents ou autres assoient volontairement l’enfant avec un joli coussin d’allaitement autour de lui pour qu’il puisse se maintenir assis…

On nous dira que l’enfant se trouve sécurisé et n’a aucun risque de tomber … ça c’est sur … mais est-ce que l’enfant est vraiment apte à rester dans cette position ? N’est-il pas mal positionné ? Et comment apprendra-t-il à se mettre assis de lui-même, si quelqu’un l’a déjà mis dans cette position ?

Malheureusement beaucoup se focalisent sur le fait qu’il faille enfermer les enfants dans des cases. À 6 mois tu devras t’asseoir, à 9 mois tu devras faire du 4 pattes, et à 12 mois tu devras marcher … sinon c’est le drame tu seras en retard… l’enfant est à peine né que déjà il est soumis à une pression ATROCE.

Mais il n’y a pas de règles : un enfant comme un adulte peut se focaliser sur une seule chose à la fois. Une fois qu’il aura acquis quelque chose il se focalisera sur autre chose de lui- même. On ne peut pas demander à l’enfant de tout faire en même temps. Et surtout on ne doit pas forcer un enfant à faire ce qu’il n’est pas apte à faire.

Comment la mettre en œuvre ?

En plus d’être bénéfique à bébé, c’est une méthode qui se veut très économique et donc écologique puisque les enfants en motricité libre n’ont besoin que d’un tapis de sol. Finis les transats, balancelles, trotteurs et autres cales bébé… enfin, disons qu’ils seront à éviter le plus possible.

Des jeux avec différentes textures sont posés à côté de l’enfant pour éveiller ses sens. Et lorsqu’il grandit, on peut alors lui proposer des jeux dits de grande motricité (ballons, porteur, vélo) ou de motricité fine (boite à serrure, jeux de construction, d’encastrement).

L’enfant n’explore jamais le monde seul, nous restons présent pour l’encourager et l’accompagner dans ses découvertes. Notre rôle sera alors de lui offrir notre attention, à chaque instant puisque bébé peut aller partout, et vous verrez que les enfants ont de l’imagination !!!

Le plus difficile souvent est de ne pas intervenir, notamment dans la période où bébé se retourne et nous sollicite souvent. Mais en lui faisant confiance, et en lui disant qu’il est capable de le faire seul, vous le verrez alors aller puiser en lui toutes les ressources dont il a besoin : quel bonheur de le voir alors si fier de lui !

Bref vous l’aurez compris, laisser bébé libre de ses mouvements c’est lui donner confiance en la vie et en lui. Le guider, à son rythme et sereinement vers son autonomie…

Apprenons à faire confiance à nos jolies petites têtes blondes. Laissons-les explorer le monde, les différentes choses qui l’entourent pour leur plus grand bonheur. La motricité libre permettra à l’enfant d’être épanoui, de se sentir fier de ce qu’il a accompli. Ça lui permettra de développer une confiance en lui tellement nécessaire pour avancer dans la vie. Laissons nos enfants avancer à leur rythme et faire leurs expérimentations.

Gardons en tête ces deux phrases de Maria Montessori :

« l’enfant n’est pas un vase que l’on remplit, mais une source que l’on laisse jaillir ».

« toutes les victoires et tout le progrès humain reposent sur la force intérieure ».

 

Et comme un dessin vaut mieux qu’un long discours, Marion vous propose de découvrir les superbes affiches de la talentueuse Illustratrice Virginie, plus connue sous le nom de Bougribouillons qui a accepté de partager son travail sur Miel Citron le Mag’.

 

 

 

Pour réaliser cet article, Marion et Charlène se sont appuyées sur :

« De la naissance aux premiers pas – Accompagner l’enfant dans ses découvertes motrices » de Michèle FORESTIER

« Loczy ou le maternage insolite » de Myriam DAVID et Geneviève APELL

http://www.pikler.fr/Annexes/Emmi_Pikler_Loczy/Emmi_Pikler/La_motricite_libre

 

La Ruche des Correspondantes Miel Citron : des abeilles partout en France qui peuvent vous proposer des ateliers pour vous présenter le catalogue de Miel Citron, pour échanger sur votre vie de parents, pour en savoir plus sur la parentalité et sur un mode de vie eco-friendly. Si vous aussi vous voulez rejoindre la Ruche et développer une activité professionnelle à votre image, n’hésitez pas à nous contacter !