Une maman vient chercher sa petite fille à la crèche.

Celle-ci est ravie de la revoir, mais elle aimerait bien rester jouer encore un peu avec ses copines…

« C’est pas grave », lui dit sa maman, « tu les retrouveras demain matin »

La petite éclate en sanglots, qui tournent aux cris de désespoir.

 

Comment un « c’est pas grave », pourtant destiné à lui faciliter les choses, a-t-il fait entrer cette petite fille dans cet état ?

 

Essayons un instant de nous mettre dans sa tête:

« J’aime ma maman de tout mon coeur. Et j‘adore passer du temps avec mes copines. Mais si ma maman me dit que c’est pas grave que je les quitte, peut-être que je ne les aime pas vraiment ? Ou alors je n’ai pas le droit d’aimer à la fois ma maman et mes copines ? Au secours !!!! J’y comprends rien !!!! »

 

Eh oui ! Sans le savoir, il nous arrive de mettre nos enfants devant des problèmes qu’ils sont incapables de résoudre.

Pas de panique ! Un « c’est pas grave » de temps en temps ne va pas faire beaucoup de mal à votre enfant, loin de là. Il existe par contre quelques astuces pour lui faciliter les choses :

 

#1: Accepter ses émotions sans les juger

 

« Je suis heureuse de te revoir ! Et toi aussi tu as l’air contente de me retrouver, ça me réchauffe le cœur. Mais tu as l’air triste, pourquoi ? Tu aimerais pouvoir rester un peu plus avec tes copines ? Vous avez dû bien vous amuser aujourd’hui ! Pas facile de partir sans elles… Tu aimerais pouvoir les emmener à la maison ! »

 

#2 : Nommer ses émotions et lui apprendre à les reconnaître

 

« Ça n’est jamais facile de quitter des gens qu’on aime. Et tu les aime très fort tes copines, alors c’est normal que tu sois triste de les quitter. Et en même temps, tu as l’air heureuse de me voir, ça me fait plaisir parce que je t’aime très fort. »

 

#3: L’aider à trouver une solution à son dilemme

 

« Je sais que tu aimerais pouvoir emmener tes copines à la maison, mais elles aussi seront contentes de retrouver leurs parents ce soir, tu ne penses pas ? Peut-être qu’on pourrait en emmener juste un petit bout ? Un petit bout de nez ? Nooonnnnnn…. Alors comment on pourrait faire ?

Voilà ce que je te propose : Tu vas penser très fort à elles, et je vais écrire leurs prénoms sur ce bout de papier. Comme ça tu pourras les garder avec toi jusqu’à demain, d’accord ? »

 

Alors oui, c’est plus long, ça demande un peu de temps et de pratique, mais vous verrez, avec un peu de patience et de persévérance, tout le monde sera gagnant !

Et pour commencer au plus tôt, pratiquer la Langue des Signes Bébé, permet à votre petit d’exprimer ses émotions avant même de savoir parler.

Maman, passionnée par la Langue des Signes Bébé, j’aide à mon tour d’autres parents à accompagner leurs enfants vers la parole, en toute bienveillance.
Mon site Par le signe propose des cours particuliers en ligne de Langue des Signes Bébé et sur mon blog j’aborde différents sujets liés à la parentalité bienveillante